La Grande Guerre de Pierre FONTANON...

Pierre FONTANON (1885-1957) 

Dans mes plus vieux souvenirs d'enfant, je me vois sur la table de la salle à manger d'une maison du Boulevard Lavoisier de Clermont-Ferrand, observer deux vieilles personnes, un homme et une femme...

Ces souvenirs sont diffus, mais l'image est gravée... étrange souvenir de mes grands parents disparus très tôt, puisque pour mon grand-père, je n'avais que 11 mois... et pourtant, je revis encore aujourd'hui ce souvenir... et son visage.


Quelques années plus tard, en 1965 ou 1966, un de mes oncles me donna, en accord avec les autres membres de la famille, son épée de Sous-officier pendant la Guerre de 1914-18 et quelques médailles...
Plus tard, d'autres documents se sont accumulés et aujourd'hui, en cette période du Centenaire, je tiens à rendre hommage à ce grand-père que j'ai très peu connu, et qui malgré tout, est celui qui a certainement initié ma passion de l'Histoire...
Voici, reconstitués, quelques éléments de la vie de ce Maréchal des Logis d'Artillerie et son fameux Canon de 75...

19 Septembre 1885, naissance à Saugues (43).

Service Militaire, Classe 1905

1909, Carrière dans L'administration, service de l'Enregistrement

17 février 1912, Receveur à Lanarce (07)

16 Décembre 1913, Receveur à Chevagnes (03)

19 Novembre 1914, Dès le début de la guerre, le Canon de 75 est la fierté,  et plus encore, la "Sécurité" de l'Armée Française. 



Ainsi, sur cette publication bien connue, c'est:
"Un Meuble de Style Français, Secrétaire de 75 pour écrire à sa famille..."
A l'intérieur de la revue, une double page montre les différentes phases du transport, mise en batterie, ou tir...




Février 1915, Pierre Fontanon est Brigadier au 11e Régiment d'Artillerie à Pied de Briançon



12 Février 1915, Vaguemestre



19 Mai - 19 Juillet 1915, Brigadier au 2e RA
Campagne des Dardanelles

8 Juin 1915, Lettre d'un collègue qui répond à une de ses lettres...
"Mon Cher camarade,
Je suis très sensible à votre lettre, car depuis la guerre, rien ne fait plaisir comme de recevoir une lettre du front et j'ai eu deux fois ce plaisir hier...
...J'espère que vous entrerez en vainqueurs à Constantinople, et ce jour-là, vous serez dédommagé de vos peines. 
Certes, c'est là un voyage auquel vous n'aviez jamais songé. Vous renouvelez le rêve et les gestes de nos pères; vous êtes parti pour la croisade. Je vous souhaite un bon retour. Comme nos amicales seront fières de fêter leurs soldats revenus du front, et en particulier, ceux qui rentreront de l'Orient..."

20 Juillet - 20 Octobre 1915, Blessé de Guerre.


27 Février - 30 Mai 1916, retour dans une unité combattante



25 Juin 1916 - 2 Octobre 1918, sur le front.


23 Octobre - 15 Décembre 1916, Verdun.



12 Décembre 1917



Brigadier au 104e RA Lourde, il a droit au port de la médaille des Blessés










3 Janvier 1918, Citation du 9e Groupe du 104e RAL à l'Ordre du Corps d'Armée:
"Après avoir pris une part active aux offensives de Verdun des 23 octobre et 15 décembre 1916, le 9e Groupe du 104 AL, sous les ordres du Commandant Lermoyez s'est fait remarquer sur le front de l'Aisne (Hurtebise) par les excellents résultats de ses tirs de contre-batterie (Capitaines de Bénazé et Ricard, 13e et 14e Batteries avril-mai 1917 au Plateau des Casemates, juillet et août 1917, le Groupe comprenant une 3e Batterie (15e Capitaine Carron) a pris position en plein jour sous un feu ennemi des plus violents qui lui a fait subir de lourdes pertes. Il s'est distingué tout spécialement dans la préparation de l'Offensive sur l'Aisne et le jour de la Bataille de la Malmaison (23 octobre 1917) et a rendu d'éminents services par la rapidité et la précision de ses tirs"   Signé Le Général Cdt le 11e CA de Maud'huy

9 Juin 1918 - Citation à l'Ordre du Régiment 334e RAL:



"Le Maréchal des Logis Fontanon Pierre de la 4e Batterie

Excellent sous-officier, déjà blessé aux Dardanelles, s'est encore distingué par son énergie et son courage au cours du combat du 30 mai 1918 alors que sa pièce s'est retirée sous le feu des mitrailleuses."



Suit la Seconde Bataille de La Marne...








A ce sujet, j'ai la chance de posséder son carnet de tir de Juin et Juillet 1918 dans lequel il notait les caractéristiques des obus employés, les coordonnées, les fréquences et parfois les cibles...



Ainsi, dans mon enfance, mon père m'avait amené dans le village de Chartèves m'affirmant que c'était mon grand-père qui avait détruit le clocher de l'église où étaient logés les observateurs allemands.



Le carnet, en apporte les éléments avec pour la journée du 8 Juillet 70 coups portés sur Chartèves et Mont St Père et d'autres nombreux coups les jours suivants...









Il y a une quinzaine d'années, j'étais retourné à Chartèves, car mes souvenirs de gosse étaient émoussés...
Heureusement je constatais que l'église avait été bien restaurée après la guerre, mais j'avais la surprise de trouver un panneau expliquant les dégâts de la Grande Guerre:



N'ayant pu rencontrer personne à l'époque, j'espère que ce blog permettra peut-être d'attirer aujourd'hui l'attention sur cette étrange filiation...

3 Octobre - 10 Novembre 1918, Maladie.

1919 Médaille Interalliée de la Victoire



1920 Médaille Commémorative de la Guerre de 1914-1918




de 1921 à 1928, il est père de 7 enfants: Andrée, Paul, Marcel, Jeanne, Louis, Jean et Henri

4 Novembre 1926, Diplôme de la médaille d'Orient délivré par le Bureau de Recrutement d'Aurillac:




















10 Novembre 1930, Diplôme de la médaille de Serbie, remise à Vichy





















1931, Receveur de l'Enregistrement à St Pourçain (03)

15 Décembre 1932, Centre de réforme de Clermont-Ferrand
"Séquelles de fracture de l'Humérus droit"

3 Juin 1933, Nommé Receveur à Troyes (10)

26 Mars 1941, Receveur-Contôleur de l'Enregistrement à Clermont-Ferrand



2 Juillet 1943, son fils Paul est requis au STO, envoyé à l'usine Mansfeld de Leipzig jusqu'en mai 1945 (Cf l'ouvrage "Nous les vrais STO" Ed. Pays & terroirs 2008)

9 mars 1944, son fils Louis est raflé par les Allemands, suite à l'attaque à la grenade opérée par les Résistants le 8 mars, rue Montlosier à Clermont-Fd. Interné à la prison du 92e puis déporté à Mathausen, il sera dirigé ensuite au Kommando de Melk puis celui d'Ebensee jusqu'au 6 mai 1945.

10 Juin 1948, Inspecteur honoraire.

26 Novembre 1951, Diplôme de la Médaille Militaire







13 Mars 1957 - Décès à Brioude (43) où il repose dans le caveau familial...

2013-14 à l'occasion du Centenaire de la Grande Guerre, et en hommage à ce grand père que j'ai si peu connu, j'ai décidé de porter à mon poignet sa Plaque d'Identité, portant son matricule N°331, Bureau de Recrutement d'Aurillac, Classe 1905...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire